LE GROUPE DACOTA-OMCS

Notre histoire 

 

DACOTA-OMCS dont le siège social est basé à Montauban dans la Tarn et Garonne (82) est depuis plus de 30 ans votre spécialiste dans la conception et la fabrication de systèmes de classement destinés aux marchés des professions libérales (assurances, médecin, avocats, dentistes etc.) et des administrations (banques, hôpitaux, mairies etc.)

Cette entreprise créée en 1984 propose des solutions de classement (Classdoc’Office) adaptées aux contextes des différents secteurs d’activité des sociétés de la fabrication de mobiliers aux dossiers.

 

-       1. Mobiliers rotatif/linéaire

       DACOTA-OMCS propose en fonction des besoins de chacun, des gammes de mobilier rotatif et/ou linéaire qui démultiplient l’espace d’archivage. De la solution la plus simple aux systèmes les plus sophistiqués, le mobilier rotatif ou linéaire optimise la capacité de classement et d’archivage dans une pièce, sans effectuer de travaux. Nos solutions vous permettent d’optimiser vos espaces. Avec comme avantages : Une facilité d’accès et maniabilité et une amélioration esthétique de l’environnement de travail. 

 

-       2. Dossiers de classement

      Des dossiers pour classer et ranger à la carte. Un mauvais classement conduit à une perte de temps et      

d’efficacité. Parce que DACOTA-OMCS connaît les exigences et les caractéristiques propres à chaque métier, l’entreprise conçoit et fabrique des dossiers adaptés aux besoins de classement de tous les secteurs d’activité avec des solutions sur-mesure. Le classement et les recherches sont facilités. Un autre avantage et la clarté et la lisibilité dans vos archives.

 

Afin de préserver les valeurs du groupe telles que : L’écoute, la réactivité et  la modularité, DACOTA-OMCS maîtrise les systèmes de classement et d'archivage professionnels. Chaque besoin est spécifique, c’est pourquoi, un spécialiste se déplace chez vous pour vous conseiller dans le choix et la mise en place de l'équipement le plus adapté à vos exigences et à vos besoins.

 

 

 

 

 

                             .  .  .